Les Songes de L’Inanimé

Le vagabond des millions d’années l’Inanimé
s’efforce

II monte il trébuche à travers le va-et-vient l’affiche lumineuse des nuits et des jours.
II s’approche il monte, l’Inanimé, le vagabond,
il heurte de son bâton
les bords du chemin éboulé
Il peine il gémit il s’efforce
d’être un jour ce qu’il rêve,
de prendre vie,
de troquer l’insensible contre la douleur
d’échanger l’innombrable
contre l’unique,
contre un destin.
Futur empereur future idole
le caillou vagabond
limé couturé par l’embrun
veut gravir les degrés prendre figure
faire éclore sur sa face camuse
une bête qui brame
un philosophe qui bougonne
un saint qui se tait
un dieu qui souffre et qui meurt

Jean Tardieu

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments