Saigne, mon cœur !

À Armance.
Saigne, saigne, mon cœur… saigne ! je veux sourire.

Ton sang teindra ma lèvre et je cacherai mieux

Dans sa couleur de pourpre et dans ses plis joyeux

La torture qui me déchire.
Saigne, saigne, mon cœur, saigne plus lentement !

Prends garde ! on t’entendrait… saigne dans le silence

Comme un cœur épuisé qui déjà saigna tant,

A bout de sang et de souffrance !
Quand parmi les sans-cœur, pauvre cœur, je te traîne,

Sous mon froc étriqué, tu saignes dans ta nuit.

Les six lignes de chair de la poitrine humaine

Pourraient trahir ton faible bruit.
Mais je ne permets pas aux hommes de la foule,

Insolents curieux de tout cruel destin,

De t’approcher, cœur fier, pour entendre en mon sein

Dégoutter le sang qui s’écoule.
Saigne, saigne, mon cœur… J’étoufferai l’haleine

Qui pourrait, à l’odeur, révéler le martyr !

Saigne et meurs, cœur maudit… car la Samaritaine

Manque à jamais pour te guérir !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le Frère au pétard

L’amour à la robote