Locutions des Pierrots, XV

J’entends battre mon SacréCoeur
Dans le crépuscule de l’heure,
Comme il est méconnu, sans soeur,
Et sans destin, et sans demeure !

J’entends battre ma jeune chair
Équivoquant par mes artères,
Entre les Édens de mes vers
Et la province de mes pères.

Et j’entends la flûte de Pan
Qui chante : ‘ bats, bats la campagne !
‘ Meurs, quand tout vit à tes dépens ;
‘ Mais entre nous, va, qui perd gagne ! ‘

L’Imitation de N.D la Lune

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Que dirons-nous, Melin, de cette cour romaine

Du plus malheureux des amants