Que dirons-nous, Melin, de cette cour romaine

Que dironsnous, Melin, de cette cour romaine,
Où nous voyons chacun divers chemins tenir,
Et aux plus hauts honneurs les moindres parvenir,
Par vice, par vertu, par travail, et sans peine ?

L’un fait pour s’avancer une dépense vaine,
L’autre par ce moyen se voit grand devenir,
L’un par sévérité se sait entretenir,
L’autre gagne les coeurs par sa douceur humaine :

L’un pour ne s’avancer se voit être avancé,
L’autre pour s’avancer se voit désavancé,
Et ce qui nuit à l’un, à l’autre est profitable :

Qui dit que le savoir est le chemin d’honneur,
Qui dit que l’ignorance attire le bonheur :
Lequel des deux, Melin, est le plus véritable ?

Les Regrets

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Ah ! Seigneur, Dieu des coeurs robustes, répondez

Locutions des Pierrots, XV