A la lune

Quand tu luis audessus de la forêt mouvante,
On dirait que des feux s’allument tout au fond.
Tu donnes un baiser à l’océan profond,
Et l’océan frémit comme une âme vivante.

Estu notre compagne ? Estu notre servante ?
Ton éclat nous ravit, ton pouvoir nous confond.
Sous ton voile brillant comme l’or qui se fond,
N’estu qu’un astre mort où règne l’épouvante ?

Donne au toit sans lumière un rayon de pitié,
Au rêve du poète, une aile audacieuse,
Et sur les nids d’amour plane silencieuse.

Tu n’offres à nos yeux souvent qu’une moitié…
De même faisonsnous, blonde lune que j’aime ;
Cachonsnous des défauts par ce vieux stratagème.

Les goutelettes

Voter pour ce poème!

Léon-Pamphile Le May Apprenti Poète

Par Léon-Pamphile Le May

Léon-Pamphile Le May, né le 5 janvier 1837 à Lotbinière et décédé le 11 juin 1918 à Deschaillons, est un romancier, poète, conteur, traducteur, bibliothécaire et avocat québécois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Soyez le soleil de notre poésie, brillez sur nos pages avec vos mots chaleureux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ô beau rosier du Paradis

Le chiffre de la nuit