Rumeur urbaine

Soudain… Le brouillard
les passants sont alors hagards.
Sur la route bitumée
ornée de peupliers
on devine à peine le passage
le sentier devient moins sûre
un air d’automne dans les marrons mûrs

Le trafic de la ville s’intensifie au loin
obligations, ruminations,
la ville s’affole,
le temps s’emballe
et la fraîcheur augurante de l’hiver blanc
ne perturbe pas les pas des passants
trépignent dans les klaxons
s’engouffrent dans les stations
en mouvement dans les rituels
illusoirement éternels

Alors mieux vaut être un ingénu
Dans cette ville
Où les saisons veillent
Au grain, au dessein
Enchanté. Pour qui le voit
À travers la brume d’émoi.

Nadia Ben Slima, 2015

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Nadia Ben Slima

Née en 1980 dans un village mosellan, Nadia BEN SLIMA a passé toute son enfance et la plupart de sa vie d’adulte dans l’Est de la France : Lorraine, Alsace et Franche-Comté. Actuellement, elle vit dans le Nord, à Lille. Autant attirée par les sciences que par la littérature, elle a fait le choix d’une carrière scientifique, mettant en veille son autre passion.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'océan des mots, chaque commentaire est une vague de Verlaine. Venez créer votre marée.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Près de ma dame et loing de mon vouloir

Petits bourgeois