03 – Immensité des pins, rumeur brisée des vagues…

Immensité des pins, rumeur brisée des vagues,

contre le crépuscule et ses vieilles hélices

crépuscule tombant sur tes yeux de poupée,

coquillage terrestre, en toi la terre chante!
En toi chantent les fleuves et sur eux fuit mon âme

comme tu le désires et vers où tu le veux.

Trace-moi le chemin sur ton arc d’espérance

que je lâche en délire une volée de flèches.
Je vois autour de moi ta ceinture de brume,

mes heures poursuivies traquées par ton silence,

c’est en toi, en tes bras de pierre transparente

que mes baisers se sont ancrés, au nid de mon désir humide.
Ah! ta voix de mystère que teinte et plie l’amour

au soir retentissant et qui tombe en mourant!

Ainsi à l’heure sombre ai-je vu dans les champs

se plier les épis sous la bouche du vent.

Voter pour ce poème!

Pablo Neruda Apprenti Poète

Par Pablo Neruda

Pablo Neruda, nom de plume de Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto, né le 12 juillet 1904 à Parral et mort le 23 septembre 1973 à Santiago du Chili, est un poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'océan des mots, chaque commentaire est une vague de Verlaine. Venez créer votre marée.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’avril boréal

Adieux à Suzon