Le plein blues (la route est longue)

Chevalier sédentaire, écuyer des saisons,

Tu fus, en d’autres temps, rebelle créatif

Quand, lassé de cueillir, tu imposas ta griffe

A notre Terre-Mère. En semant de raison
Ce qu’il te fut donné de goûter à foison,

Tu défrichas d’abord pour nourrir les natifs

Des siècles en chantier, sillon méditatif

Qui présente au soleil vitraux et floraisons.
La Science, lancée à l’assaut des famines

Et griffonnant, plein champ, sa chimique doctrine,

Fit passer le paysan à la moulinette.
« Tous en ville ! Et qui veut chevaucher sa machine

Amassera le blé sans courber trop l’échine ! »

Mais où sont les moissons de Jeanne et de Ninette ?
Patrice Cosnuau, 2017

Voter pour ce poème!

Un poème sans commentaire, c'est comme un cadeau sans emballage. Ne laisse pas ce poème sans la possibilité de recevoir tes réactions et tes pensées!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments