Quel pas sur le pavé boueux

Contrerime XXXIII.

Quel pas sur le pavé boueux
Sonne à travers la brume ?
Deux boutiquiers, crachant le rhume,
S’en retournent chez eux.

– ” C’est ce cocu de Lagnabère.
– Oui, Faustine.
– Ah, mon Dieu,
En çà de Cogomble, quel feu !
– Oui, c’est le réverbère.

– Comme c’est gai, le mauvais temps…
Et recevoir des gifles.
– Oui, Faustine. ”
A présent, tu siffles
L’air d'”Amour et Printemps”.

Querelles, pleurs tendres à boire –
Et toi qu’en tes détours
J’écoute, ô vent, contre les tours
Meurtrir ta plume noire.

Voter pour ce poème!

Vous êtes un génie poétique et votre commentaire sera l'élément manquant pour que notre site devienne une oeuvre d'art complète.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments