Quel pas sur le pavé boueux

Contrerime XXXIII.

Quel pas sur le pavé boueux
Sonne à travers la brume ?
Deux boutiquiers, crachant le rhume,
S’en retournent chez eux.

– ” C’est ce cocu de Lagnabère.
– Oui, Faustine.
– Ah, mon Dieu,
En çà de Cogomble, quel feu !
– Oui, c’est le réverbère.

– Comme c’est gai, le mauvais temps…
Et recevoir des gifles.
– Oui, Faustine. ”
A présent, tu siffles
L’air d'”Amour et Printemps”.

Querelles, pleurs tendres à boire –
Et toi qu’en tes détours
J’écoute, ô vent, contre les tours
Meurtrir ta plume noire.

Voter pour ce poème!

Paul-Jean Toulet Apprenti Poète

Par Paul-Jean Toulet

Paul-Jean Toulet, né à Pau le 5 juin 1867 et mort à Guéthary le 6 septembre 1920, est un écrivain et poète français, célèbre par ses Contrerimes, une forme poétique qu'il avait créée.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez-vous emporter par le flux de la créativité. Écrivez, commentez, partagez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Un Corbeau devant moi croasse

Iris, à son brillant mouchoir