Toi pour qui les dieux du mystère

Contrerime LXIV.

Toi, pour qui les dieux du mystère
Sont restés étrangers,
J’ai vu ta mâne aux pieds légers,
Descendre sous la terre,

Comme en un songe où tu te vois
A toi-même inconnue,
Tu n’étais plus, – errante et nue, –
Qu’une image sans voix ;

Et la source, noire, où t’accueille
Une fauve clarté ;
Une étrange félicité,
Un rosier qui s’effeuille…

Voter pour ce poème!

S'il vous plaît, donnez-nous votre avis sur ce poème! Nous sommes mourant de savoir ce que vous en pensez!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments