dans ,

L’anatomie de l’oeil

L’oeil est dans un château que ceignent les frontières
De ce petit vallon clos de deux boulevards,
Il a pour pontlevis les mouvantes paupières,
Le cil pour gardecorps, les sourcils pour remparts.

Il comprend trois humeurs, l’aqueuse, la vitrée,
Et celle de cristal qui nage entre les deux,
Mais ce corps délicat ne peut souffrir l’entrée
A cela que nature a fait de nébuleux.

Six tuniques tenant notre oeil en consistance
L’empêchent de glisser parmi ses mouvements,
Et les tendons poreux apportent la substance
Qui le garde, et nourrit tous ses compartiments.

Quatre muscles sont droits, et deux autres obliques,
Communicant à l’oeil sa prompte agilité,
Mais par la liaison qui joint les nerfs optiques,
Il est ferme toujours dans sa mobilité.

Bref l’oeil mesurant tout d’une même mesure,
A soimême inconnu, connaît tout l’univers,
Et conçoit dans l’enclos de sa ronde figure
Le rond et le carré, le droit et le travers.

Toutefois ce flambeau qui conduit notre vie
De l’obscur de ce corps emprunte sa clarté.
Nous serons donc ce corps, vous serez l’oeil, Marie,
Qui prenez de l’impur votre pure beauté.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments