Chambre Noire

Un trou dans la lumière et la porte l’encadre
Tout est noir
Les yeux se sont remplis d’un sombre désespoir
On rit

Mais la mort passe
Dans son écharpe ténébreuse
Et dans le sillon creux
Une bête peureuse

Qui se débat pour fuir
Vers le fond du jardin où la porte est ouverte

Mais — quelqu’un vient d’entrer

Sans oser dire un mot

La lune est toute gonflée d’eau

Dans la nuit les nuages montent

J’attends l’heure qui sonne

Et je peux écouter

La fin d’un autre conte

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments