Espoir de Retour

Les mains levées vers un point où gronde une colère
robuste Qui se vengera
Même si tout retombe au silence pour longtemps On gardera le souvenir du tonnerre Le faible prie Le pauvre crie
Et moi sans être battu ni vainqueur A moitié libre et esclave j’ai failli mourir A grands coups de fausse joie j’ai chassé l’Ennui Il est sec
Derrière le porte-manteau mobile comme une ombre
Cloué au mur
Quel bruit formidable il a fallu
J’étais ivre autant que de vin
Ma tête était gonflée
Le désespoir est singulièrement tenace
Avec lui on va au fond de tout
Quel fond
Le trou sondé n’en vaut pas la peine
On le voit
Je suis remonté les bras raidis
La bouche amère tordue
Dans la rue j’ai couru comme un fou
Jusqu’aux jardins où jouaient des enfants
Calmes et féroces leurs gestes promettaient
Pour plus tard
Enfin au lieu de m’abattre sur la chaussée
Fourbu comme un cheval usé
Je suis monté sans efforts vers les plus hauts étages
Il commençait à neiger doucement

Pierre Reverdy
Espoir

Voter pour ce poème!

Pierre Reverdy Apprenti Poète

Par Pierre Reverdy

Pierre Reverdy, né le 11 septembre 1889 (13 septembre 1889 selon l'état civil) à Narbonne et mort le 17 juin 1960 à Solesmes, est un poète français associé au cubisme et aux débuts du surréalisme. Il a eu une influence notable sur la poésie moderne de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est un dialogue entre les cœurs. Exprimez-vous, inspirez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ode en dialogue, l’Espérance et Ronsard

A un poète aveugle