Jeux D’hommes Sous la Tente

Le feu couve au brasier
Les regards
les attentes

Tous ces visages-là penchés près du tapis
Où se lit l’histoire simple et magnifique de leur vie

Les objets familiers
Les murs de couleur tendre

Et l’air tiède qui tient les bouches entr’ouvertes

Vers la tête endormie

Un meuble qui remue

Les rideaux se soulèvent
On entend un soupir

Et la glace frémit sous les doigts
Mais sortir

Le feu couve au brasier
Dehors le gris des cendres

Et la cheminée seule pour soutenir la nuit

Pierre Reverdy
Condition humaine

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments