Les Musiciens

L’ombre et la rue dans le coin où il se passe quelque chose.

Les têtes attroupées écoutent ou regardent.

L’œil passe du trottoir à l’instrument qui joue, qui roule, à la voiture qui traverse la nuit.

Les lames du bec de gaz tranchent la foule et séparent les mains qui se tendent, tous les regards qui pendent et les bruits au hasard.

Le peuple est là et tous à la même heure, au carrefour.

Les voix qui se dispersent mènent le mouvement sur la corde qui grince et meurt à tous moments.

Puis le signe du ciel, le geste qui ramasse et tout disparaît dans le pan de l’habit, du mur qui se dérobe.

Tout glisse et le brouillard enroule les passants, disperse les échos, cache l’homme, le groupe et l’instrument.

Pierre Reverdy
Musique

Voter pour ce poème!

Pierre Reverdy Apprenti Poète

Par Pierre Reverdy

Pierre Reverdy, né le 11 septembre 1889 (13 septembre 1889 selon l'état civil) à Narbonne et mort le 17 juin 1960 à Solesmes, est un poète français associé au cubisme et aux débuts du surréalisme. Il a eu une influence notable sur la poésie moderne de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre, comme Apollinaire dans la nuit.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le jet d’eau

J’avais froid