Terrain Lourd

Le globe plus agile
rebondit au rebord l’oiseau glisse
l’argile coule
le fond de la forme
l’effort
Le ballon passe devant la vitre il inaugure l’air la couleur artificielle l’arc-en-cicl déteint sous l’averse
qui passe à travers le champ où les casaques tournent brouillant le temps le bois où le soleil s’amuse à chaque coin

Au plus clair bénéfice la course et ses tournants
sous la lumière rousse qui efface mon nom des paroles plus douces
et celles qu’on répond

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments