Une Chance sur Deux d’être Compris

Mince et froide l’aile du temps s’étire aux traits de la figure
Et l’air au bout du jour vient ajouter à temps

L’écho des plaintes et les murmures

L’heure passe aux couleurs
Les numéros s’égalent

Dans l’axe où le regard flétri croise le cœur

Le soleil sort parfois son œil
A la fin de la mascarade

Sur des jeux de scène cruels

Et sur le rayon qui s’évade
La tête garde ses secrets

La terre épuise les secondes

L’ombre tourne au nombre des doigts

Ce n’est que la moitié du ciel et l’autre monde

Qui s’en va

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments