dans

Je rappelle la nuit a ses devoirs

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Je rappelle la nuit à ses devoirs :

offre-moi du sommeil

la fourrure imprévue du désir

Un arbre qui m’épouse

et me protège de la furie de l’errance

Une présence même furtive

de mes chers disparus

Un regain de visions

qui ne s’apparentent pas au cauchemar

Des mots qui parfument la bouche

et font jaillir la source sous ma langue

Offre-moi

en guise d’aube

une montée de lait

au goût d’innocence

Eloigne de moi le coq maudit

Viens sur moi

Appose tes bracelets

sur mes mamelons endurcis

Fais sortir de mon flanc

l’oiseau bleu

Prends mon vertige

et rends-le-moi

Laisse-moi dans l’ignorance

de ta défaite imminente

Ne pars pas

Ne me jette pas en pâture

à la trompeuse lumière du jour

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrit par Abdellatif Laâbi

Abdellatif Laâbi, né à Fès en 1942, est un poète, écrivain et traducteur marocain. Il a fondé en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Son combat lui vaut d’être emprisonné de 1972 à 1980. Il s’est exilé en France en 1985. Il reçoit le prix Goncourt de la poésie le 1er décembre 2009 et le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française en 2011.

Effrois de trottoir

5 h 30