Conspiration


les pierres leur furent sans mœlle prison d’escargots et passion de pagures les insectes au bâillon cervelle brûlée dans le creux des métaux.

prirent en haine leur démon

troquèrent contre muids fades sans toxines

les pieuvres de leur sang et leurs tendres bras longs.

dénoncèrent les pactes même les plus millénaires cependant que s’installa le crémeux sourire blanc.

qui, qui donc envoyait le grand froid, loas ?

celui du sexe, celui de l’arbre à pain et de la pierre

et de la sève qui fut jadis rouissage de colibris ?

en tout cas, je suis, moi, de la plus longue marche

et je ne déteste pas qu’on se le redise

j’ai noué contre la toute-puissante glaciation

la conspiration avouée

de l’ours noir et de l’albatros des
Galapagos

du manate et de l’agami trompette, de l’eau de mer

et des cratères

exarque des avalanches j’ai convoqué pour toutes utiles

représailles

pour le rebrousse-temps et le rebrousse-sang

tous les réchauffeurs solaires rolliers et tisserins.

quant au sang qui est de mèche

nous prendrons par les bédières

et nous passerons au col du
Désastre

– impudence et virulence – les mots lassos

on a souvent vu une giclée d’eau vivante faire tomber la tête de la
Bête.


Avez-vous été touché par ce poème? Partagez votre histoire ici.

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Aimé Césaire
Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France (Martinique), est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.
Choisissez un format
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals