Reste belle

Que ton feu me dévore !

Plaisir ou bien effroi,

Tout me ravit ; j’adore

Tout ce qui vient de toi,

Et la joie ou les larmes,

Tout a les mêmes charmes.
Ta voix qui se courrouce,

Quand j’en étais sevré,

Pourtant semble plus douce

A mon cœur enivré

Que les chansons lointaines

Qui tombent des fontaines.
Garde ta barbarie,

Tes méchants désaveux ;

Tu ne peux, ma chérie,

Empêcher tes cheveux,

Où le soleil se mire,

De vouloir me sourire !
Tes pensives prunelles

Ont emprunté des cieux

Leurs splendeurs éternelles ;

Ton front délicieux

Prend en vain l’air morose,

Ta bouche est toujours rose.
Malgré tes forfaitures,

Les roses de l’été

Ornent de lueurs pures

Ta sereine beauté

A ta haine rebelle.

Il suffit, reste belle !
Non, ta grâce de femme,

Rien ne peut la ternir ;

Elle est un sûr dictame,

Et tu vins pour tenir

La quenouille d’Omphale

Dans ta main triomphale.

Février 1861.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une aventure. Embarquez avec nous en laissant votre trace.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Troupeau de File Tout Seul

Minute !