Chaque fois que la vie me bat,

Dans un moment de chagrin et de regret, j’ai pleuré pour moi-même,
pour ma chance inclinée et pour mes destins, et aucune main ne s’est
tendue pour essuyer mes larmes, alors quelle serait mon attitude
envers ce monde ?
Parfois la personne la plus chère qui vous comprend sans dire un mot
et lit vos pensées silencieusement et profondément.
Non aux larmes, pas
de blessures, pas de saignement de douleur, pas d’autre tragédie dans
la vie, car ce n’est pas comme ça qu’on vit la vie.
Chaque fois que la vie me bat, je me précipite dans les bras de ma
mère et je trouve du soulagement, du réconfort, des solutions et un
chemin vers la victoire.
Les émotions de ma mère, avec sa profonde nature humaine, sont plus
fortes que la nature avec ses orages, son tonnerre et ses éclairs, et
même plus fortes que la vie elle-même avec tous ses événements. Elle a
affronté avec moi toutes les tragédies et a continué à résister à
chaque effondrement jusqu’aux moments de la victoire.
C’est la femme intelligente qui calme ses tempêtes contre son mari
quand les tempêtes de la vie se multiplient sur lui.
Un homme dont la foi en la vie, le chemin, l’amour et l’espoir a été
ébranlé par l’amour d’une femme qui a restauré son équilibre et le
ressort de sa vie.
Une femme et un homme vivent dans un amour chaste, ils représentent le
rare amour loyal et la passion sublime de la vie avec sa noble
dimension humaine.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre ruche de poètes, chaque commentaire est une goutte de miel. Soyez doux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Hier j’avais un rêve

Plus nous vieillissons, plus nos rêves grandissent avec nous dans une jeunesse permanente avec la vie.