dans

L’énonciation

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Je fanatise le vivant cercueil du verbe

Et, royal, en loques, je clame l’abdication idéale.

Je surgis, intact, de l’histoire de mes souillures.

Le scorpion s’est bloqué dans ma gorge.

Cramoisi, puis verdâtre, je me plains à la nuit,

Je roule cent mille tonneaux vers la mer.

O troupeau, tohu-bohu, chaos en marche du langage,

Que formez-vous ?
L’horreur me parle à voix basse.

Le ciel tournoie, culbute, m’arrache les yeux, repu.

Cruelle chance, strige à mes sueurs suspendue,

Je t’ai éjaculée à la pointe de mon cerveau.

Tu me précipites dans un monde unanimement criard

Et tu retournes ton poignard contre mon cœur, passeuse !

Les grands haleurs de vérité ont beau m’appeler de la rive,

Je perds pied, souris tirée par l’oreille au fond du cloaque.

La grande tourmente a vidé ses poches.
Désarmée,

Elle erre dans sa cellule.
Elle bâille.

Citadelle du langage, vous pâlissez chaque matin !

Le néant affleure à vos créneaux,

La nuit s’évade de l’impasse à travers mon corps.

Je suis nu, sans cheval, sans fusée : libre.

Les grands casseurs de vitres sont passés.

Toute la nuit, les hommes ont ri de ma chute.

Équilibrant mon doute sur la corde raide,

Je me vois assailli par l’épée, la fumée de l’enfance.

De tous côtés, on me déborde, on empiète sur mes nerfs.

Pris à la gorge par le passant, je dois combattre la

poussière.
Choyée par le néant, vanille ! ma faiblesse est lucide.
Vanneur de vérités vaines, va-nu-pieds,
Je suis ton épouvante meurtrie, ta ciguë cristalline.
Dans l’ombre, j’épie la tête de gloire qui manque à ma

panique.

Inhala,
Parole, perle du paria, je t’époumone !

Je te harponne, je te harasse, je te disloque,

Je te secoue, ma grande saccadée !

Glisse ton doigt dans mon anus, batteuse de cartes !

Cours-moi sus !
Traque-moi dans mon repaire de bouc !

Je te déboute de ton bosquet.

J’insère mon viscère sous ton baldaquin

Et dans tes reins ployés, j’éploie mes ailes,

O géante
Turque !

Tu es grande, pétulante, pavanée,

Et dans tes mains matraquées, je me vois visionnaire,

Tonnante tempêtée !

Bloqué par tes yeux au fond de ma cécité,

Je m’expulse de ma crinière !

Je parle.
L’époque tremble sur son pot.

Je vide mon sang dans tes baquets,

Tête de
Tantale, tourmenteuse étirée dans le temps !

Inhala, calculée, abîmante, pourrie,

Je t’incline !
Je t’accroche aux crocs de la couronne !
Tu m’accostes !
Tu m’encaisses !
Tu me coinces !
Greffe ton sacrum sur le mien, et griffe-moi !
Tu transfigures les échecs que je subis dans ton sein.

Roi honni, olympien, pustuleux.

Né du derrière de la hideuse nuit,

Je me pourfends.
Je me lèche, sali.

Les grandeurs méconnues de mon néant

S’étalent, capricieuses, sur leur lit impérial.

Je parle.
Je suspens pathétiquement la défécation d’une

salle.
Mes mains happées par le tremblement interne de ma

mort,
Je me vois, énonçant ma masse,
Brandissant ma gorge, brandissant ma tête,
Flambé !

J'aime
J'aime J'adore Haha Wow Triste En colère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrit par Alain Jouffroy

Alain Jouffroy est un poète, écrivain et critique d’art français né le 11 septembre 1928 à Paris et mort le 20 décembre 2015 dans la même ville.

Le coup de couteau du soleil dans le dos des villes surprises

Dukduk