Dernières histoires

  • 08 – L’esprit dedans ce corps est retenu par force… [LXXI à LXXX]

    LXXI. L’esprit dedans ce corps est retenu par force, Il y vit en danger, en frayeur il y dort : Il faut pour faire fruit qu’il rompe son écorce Et pense que jamais assez tôt il n’en sort. LXXII. L’âme se plaint du corps, le corps se plaint de l’âme, Mais […]

  • Le Chat et un vieux Rat

    J’ai lu chez un conteur de Fables, Qu’un second Rodilard, l’Alexandre des Chats, L’Attila, le fléau des Rats, Rendait ces derniers misérables : J’ai lu, disje, en certain Auteur, Que ce Chat exterminateur, Vrai Cerbère, était craint une lieue à la ronde : Il voulait de Souris dépeupler tout le monde. […]

  • Antoine Watteau

    Crépuscule grimant les arbres et les faces, Avec son manteau bleu, sous son masque incertain ; Poussière de baisers autour des bouches lasses… Le vague devient tendre, et le tout près, lointain. La mascarade, autre lointain mélancolique, Fait le geste d’aimer plus faux, triste et charmant. Caprice de poète ou prudence […]

  • A M. l’abbé Le Vayer

    D’où vient, cher Le Vayer, que l’homme le moins sage Croit toujours seul avoir la sagesse en partage, Et qu’il n’est point de fou, qui, par belles raisons, Ne loge son voisin aux PetitesMaisons ? Un pédant enivré de sa vaine science, Tout hérissé de grec, tout bouffi d’arrogance, Et qui, […]

  • Bon chevalier masqué qui chevauche en silence

    Bon chevalier masqué qui chevauche en silence, Le Malheur a percé mon vieux coeur de sa lance. Le sang de mon vieux coeur n’a fait qu’un jet vermeil, Puis s’est évaporé sur les fleurs, au soleil. L’ombre éteignit mes yeux, un cri vint à ma bouche Et mon vieux coeur est […]

  • La belle vieille

    Cloris, que dans mon temps j’ai si longtemps servie Et que ma passion montre à tout l’univers, Ne veuxtu pas changer le destin de ma vie Et donner de beaux jours à mes derniers hivers ? N’oppose plus ton deuil au bonheur où j’aspire. Ton visage estil fait pour demeurer voilé […]

  • Conseils à une parisienne

    Oui, si j’étais femme, aimable et jolie, Je voudrais, Julie, Faire comme vous ; Sans peur ni pitié, sans choix ni mystère, A toute la terre Faire les yeux doux. Je voudrais n’avoir de soucis au monde Que ma taille ronde, Mes chiffons chéris, Et de pied en cap être la […]

  • Ô bois qui du soleil accusez l’impuissance

    Ô bois qui du soleil accusez l’impuissance, Recevant de ses traits la chaude violence Sans en être percé, Que n’aije comme vous fortifié mon âme Pour recevoir les coups du bel oeil qui m’enflamme Sans en être offensé ! Que n’aije comme vous une écorce sauvage Insensible aux douleurs, comme vous […]

  • L’Europe

    Un soir plein de clartés et de nuages d’or, Du fond des cieux lointains, rayonne au coeur d’un port Léger de mâts et lourd de monstrueux navires ; L’ombre est de pourpre autour des aigles de l’Empire Dont le bronze géant règne sur les maisons. On écoute bondir, dans leurs beffrois, […]

  • La rechute

    C’en est fait, j’ai brisé mes chaînes. Amis, je reviens dans vos bras. Les belles ne vous valent pas ; Leurs faveurs coûtent trop de peines. Jouet de leur volage humeur, J’ai rougi de ma dépendance : Je reprends mon indifférence, Et je retrouve le bonheur. Le dieu joufflu de la […]

  • Le conseil du Fakir

    I Vingt Cipayes, la main sur leurs pommeaux fourbis Et le crâne rasé ceint du paliacate, Gardent le vieux Nabab et la Begum d’Arkate ; Autour danse un essaim léger de LallBibis. Le Mongol, roide et grave en ses riches habits, Égrène un chapelet fait d’ambre de Maskate ; La jeune […]

  • Paris

    Paris ! c’est l’esprit, c’est la grâce, C’est un refrain, c’est un couplet. C’est l’éternité sur l’espace, C’est l’heure sur un bracelet. C’est quelquefois un peu de prose Mais c’est bien du lyrisme aussi. C’est une corbeille de roses Se promenant sur un taxi. C’est un moineau parmi la neige, C’est […]