A l’heure ou..

A l’heure où dorment les imbéciles les oies du
Capitole comme des libellules volent à tire d’ailes loin des vestales

pendant ce temps les
Gaulois n’en ratent pas une

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments