Le pauvre chien…

Le pauvre chien a peur, il marche dans la neige et

s’arrête. Les enfants lui crient : allez couchéééé !

Le ciel est en argent, en ombre, en cendre, et l’on

n’entend pas les pas taper la rue sourde et froide sans son.

Une laitière passe et, pour ne pas tomber,

tremble. Et, dans ma chambre bleue et grise,

le bois du feu jute, roule, sent fort aux doigts et siffle.
1895.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments