le cadeau, pas ouvert

le cadeau,

 

Nous ignorons le secret de la vie 

tant il est vrai que ce que nous voyons,

est déjà emballé d’une survie,

dès la naissance, nous nous convoyons,

 

Nous oublions le décret de l’amour 

tant il est faux de se dire possesseur

à peine ouvert le cœur, dans une tour

s’emprisonne lui-même, en dictateur,

 

Nous bafouons la liberté d’esprit,

tant de paroles hautaines raisonnent,

dans l’ignorance s’emballent de mépris

et sans quartier se tancent, s’arraisonnent*,

 

Nous ne percevons la fatalité,

tant de nos limites sont dans le brouillard,

toutes les forces du corps sont alitées,

pour ouvrir le cadeau, c’est trop tard… 

 

* à comprendre dans les deux sens: 

d’essayer de convaincre et connaitre la cargaison,

la destination et l’état sanitaire d’un navire 

 

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments