En m’en venant au tard de nuit

En m’en venant au tard de nuit
se sont éteintes les ételles :
ah ! que les roses ne sontelles
tard au rosier de mon ennui
et mon Amante, que n’estelle
morte en m’aimant dans un minuit.

Pour m’entendre pleurer tout haut
à la plus haute nuit de terre
le rossignol ne veut se taire :
et lui, que n’estil moi plutôt
et son Amante ne mentelle
et qu’il en meure dans l’ormeau.

En m’en venant au tard de nuit
se sont éteintes les ételles :
vous lui direz, ma tendre Mère,
que l’oiseau aime à tout printemps …
Mais vous mettrez le tout en terre
mon seul amour et mes vingt ans…

Le Voeu de vivre

Voter pour ce poème!

René Ghil Apprenti Poète

Par René Ghil

René François Ghilbert, dit René Ghil, né le 27 septembre 1862 à Tourcoing et mort le 15 septembre 1925 à Niort, est un poète français, s'inscrivant au départ dans la trajectoire de Stéphane .

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

N'attendez pas, versez vos vers. Notre forum attend votre poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Couchers de Soleil

Rimes riches à l’oeil