La Prairie du revenez-y

Revenez-y les vieilles

allez-y les jeunes

Les arbres grandissent jusqu’à la lune

Les arbres vieillissent comme les jeunes

Et meurent comme les vieilles
Ainsi va la vie les vieilles !

ainsi va la vie les jeunes

Les joues d’abricots se rideront

Les joues se rideront comme les joues des vieilles

Et les larmes sur elles couleront.
ainsi vont les baisers les vieilles

ainsi vont les baisers les jeunes

L’éclair des beaux yeux s’éteindra

Comme s’éteint la flamme des bougies vieilles

Et la cire comme les larmes coule.
Mais jamais ne mourra l’amour Ô ! vieilles

Jamais l’amour ne mourra au cœur des jeunes

Toujours l’éclair rayera n’importe quel orage

La flamme de la vie et de l’amour

Toujours rayonnera dans les profondes ténèbres
Ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai

Jamais ne mourra la couleur de vos joues

Pousse le blé le bluet et l’ivraie

Et la rougeur des baisers à vos cous

Rien ne meurt la mort n’est pas vraie.

Voter pour ce poème!

Robert Desnos Apprenti Poète

Par Robert Desnos

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre ruche de poètes, chaque commentaire est une goutte de miel. Soyez doux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A Madame Radigue

Mon Cheval