Vaincre le jour, vaincre la nuit…

Vaincre le jour, vaincre la nuit,

Vaincre le temps qui colle à moi,

Tout ce silence, tout ce bruit,

Ma faim, mon destin, mon horrible froid.
Vaincre ce cœur, le mettre à nu,

Écraser ce corps plein de fables

Pour le plonger dans l’inconnu,

Dans l’insensible, dans l’impénétrable.
Briser enfin, jeter au noir

Des égouts ces vieilles idoles,

Convertir la haine en espoir,

En de saintes les mauvaises paroles.
Mais mon temps n’est-il pas perdu ?

Tu m’as pris tout le sang, Paris.

À ton cou je suis ce pendu,

Ce libertaire qui pleure et qui rit.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments