La Rencontre

Il a fait semblant de ne pas m’avoir vue,

mais j’ai bien vu alors qu’il ne voyait plus rien ;

et quand je l’ai perdu de vue,

pendant des heures on m’a dit

qu’il a fait le tour de la ville.

Je l’ai vu revenir de très loin et tout droit, à la façon de ceux qui savent bien mon nom ; et il m’a dit aussi ce qu’ils me disent.
Mais je ne l’ai pas entendu.

Je me disais : que va-t-il devenir ?

Combien de temps demanderont ses yeux?

Car ses yeux n’étaient pas de leur couleur encore;

en sorte que ce n’est pas vraiment lui

qu’à cet instant j’ai vu venir,

mais sa main, qui venait la première’.

Et tandis que cette main à la rencontre de la mienne

venait, pareille à des oiseaux,

j’aurais juré que je devenais pâle et trouble

comme font, lorsqu’on les approche, les nuages.

Et lui, voyant que je ne pensais plus à moi

que comme à des oiseaux qui s’éloignent,

il dit : je reviendrai.

Et il a redressé autour de moi les champs,

et remis le bois dans ses lignes.

Et les reflets des feuilles dans le fleuve

il les a replacés dans l’arbre avec les feuilles ;

et sous ses yeux le fleuve a retrouvé sa vraie couleur.

Et moi, quand il est revenu, j’étais très claire,

à cause de mes yeux qu’il regardait.

Et quand il m’a touchée, j’ai vu s’ouvrir,

à leur vraie place, et calmes,

les cailloux du jardin comme une maison blanche.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Roland Dubillard

Roland Dubillard, né le 2 décembre 1923 à Paris 7ᵉ et mort le 14 décembre 2011 à Vert-le-Grand, est un écrivain, dramaturge et comédien français. Son œuvre littéraire comporte des pièces de théâtre ainsi que des nouvelles, des recueils de poésies, quelques essais et un journal intime.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez-nous et laissez vos mots s'envoler comme des papillons, comme le faisait Desnos.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Baignoire

Le Peigne