Ainsi l’amour et la fortune

Ode V.

Ainsi l’amour et la fortune,
Tous deux causes de mes douleurs,
Donnent à mes nouveaux malheurs
Leur force contraire et commune,
Ainsi la fortune et l’amour,
D’une force unie et contraire
Veulent avancer et distraire
Mes rages et mon dernier jour.

Tous deux pour voler ont des ailes,
Aveugles des yeux, des désirs,
De tous deux les jeux, les plaisirs
Sont peines et rages cruelles :
Ils ne s’abreuvent que de pleurs,
N’aiment que les fers et les flammes,
N’affligent que les belles âmes,
Ne blessent que les braves coeurs.

La fortune est femme ploiable,
L’amour un dépiteux enfant,
L’une s’abaisse en triomphant,
L’autre est vainqueur insupportable,
L’une de sa légèreté
Change au plaisir en grand désastre,
Et l’autre n’a opiniâtre
Plus grand mal que la fermeté.

Voter pour ce poème!

Théodore Agrippa d'Aubigné Apprenti Poète

Par Théodore Agrippa d'Aubigné

Théodore Agrippa d’Aubigné, né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury près de Pons, en Saintonge, et mort le 9 mai 1630 à Genève, est un homme de guerre, un écrivain controversiste et poète baroque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'expression de l'âme. Exprimez-vous dans les commentaires.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Accourez au secours de ma mort violente

À l’éclair violent de ta face divine