En silence

Oui, lève encor ton sourcil noir !

Oui, puisque tu le veux, j’oublie

Ce vin amer du désespoir,

Ce vin noir dont j’ai bu la lie,

Et tranquillement je m’enivre

Du bonheur de te sentir vivre.
Mon cœur brûlé d’un long souci,

Tu le veux, s’emplira de joie.

Laisse-moi me coucher ainsi

A côté du coussin de soie

A fleurs d’or, où ton pied se pose

Fier, avec ce talon de rose !
Laisse-moi regarder longtemps

En silence, comme un avare,

Tes grands cheveux, d’or éclatants,

Ta prunelle, ce joyau rare

Qu’une frange noire protège,

Et ton sein ! et ton sein de neige !

Février 1861.

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est un dialogue entre les cœurs. Exprimez-vous, inspirez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La Prière

L’angoisse