La Prière

Mon rêve est simple : il est trop simple, ô mon enfant,

Peut-être, pour que toi qui m’aimes, le comprennes,

— Car les rêves qu’on fait au couvent sont de reines

Qui siègent près de rois dont l’air est triomphant. —
Le soir, auprès du feu, quand il ferait du vent

Et que tout gémirait dans la forêt prochaine,

Dans un fauteuil fané d’antique bois de chêne

Nous écouterions fuir la bourrasque en rêvant.
Et le globe laiteux et pâle de la lampe

Éclairant, ce tableau serait comme une estampe,

Une estampe très vague et faite au temps passé ;
Et, quand minuit très lent sonnerait au village,

Je te joindrais les mains et comme une enfant sage

Tu dirais ta prière à mon cœur trépassé.

1889-1890.

Voter pour ce poème!

Si tu n'as pas encore laissé de commentaire après avoir lu ce poème, c'est comme si tu avais oublié de mettre du sel dans ton plat préféré. Tu veux vraiment passer à côté de cette occasion de partager tes pensées?

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments