À la douce amie

Çà : badinons – J’ai ma cravache –
Prends ce mors, bijou d’acier gris ;
– Tiens : ta dent joueuse le mâche…
En serrant un peu : tu souris…

– Han !… C’est pour te faire la bouche…
– V’lan !… C’est pour chasser une mouche…
Veux-tu sentir te chatouiller
L’éperon, honneur de ma botte ?…
– Et la Folle-du-logis trotte… –
Jouons à l’Amour-cavalier !

Porte-beau ta tête altière,
Laisse mes doigts dans ta crinière…
J’aime voir ton beau col ployer !…
Demain : je te donne un collier.

– Pourquoi regarder en arrière ?…
Ce n’est rien : c’est une étrivière…
Une étrivière… et – je te tiens !
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Et tu m’as aimé… – rosse, tiens !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments