À ma nièce Victoire

Douce Victoire, aimable enfant,
Dont l’air heureux, l’âge innocent,
La joie et l’abandon, la naïve tendresse,
Et la candeur et la finesse,
Semblent rendre à mes yeux, à mon âme, à mes pleurs,
L’objet de mes longues douleurs ;
Je t’ai donné mon nom. Ah ! Ne va pas prétendre
A ce talent trop dangereux
Qui laisse malgré nous deviner un cœur tendre.
Cachons-en, s’il se peut, le bonheur douloureux ;
Mais sur tes traits charmants, dans tes pleurs, dans tes jeux,
Déjà je vois du tien l’attrait irrésistible :
Hélas ! Il sera trop sensible.
Ne le flétris jamais. A ce don précieux
Quoiqu’il s’attache de souffrance,
Lui seul est le bonheur, lui seul est l’existence ;
Ô ma Victoire ! Il vient des cieux :
Jusqu’aux cieux portons-en notre reconnaissance.
Que pour l’Etre éternel, dont la toute-puissance
Nous a fait ce présent en nous donnant le jour,
Notre dernier soupir soit un soupir d’amour.

Voter pour ce poème!

Victoire Babois Apprenti Poète

Par Victoire Babois

Marguerite Victoire Babois, née le 6 octobre 1760 à Versailles et décédée le 18 mars 1839 à Paris, est une femme de lettres française, auteure d'élégies et autres poésies qui ont placé son nom au premier rang des poètes élégiaques français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse de l'âme. Enchaînez vos mots, comme un poème de Nijinsky, et dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tant que vivrai en âge florissant

À mon père qui vient de perdre sa mère