Chanson (Les châtiments, II)

La femelle ? elle est morte.
Le mâle ? un chat l’emporte
Et dévore ses os.
Au doux nid qui frissonne
Qui reviendra ? personne.
Pauvres petits oiseaux !

Le pâtre absent par fraude !
Le chien mort ! le loup rôde,
Et tend ses noirs panneaux.
Au bercail qui frissonne
Qui veillera ? personne.
Pauvres petits agneaux !

L’homme au bagne ! la mère
A l’hospice ! ô misère !
Le logis tremble aux vents
L’humble berceau frissonne.
Qui reste-t-il ? personne.
Pauvres petits enfants !

Jersey, le 22 février 1852.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments