Dante écrit deux vers

Dante écrit deux vers, puis il sort ; et les deux vers
Se parlent. Le premier dit : – Les cieux sont ouverts.
Cieux ! je suis immortel. – Moi, je suis périssable.
Dit l’autre. – je suis l’astre. – Et moi le grain de sable.
– Quoi ! tu doutes étant fils d’un enfant du ciel !
– Je me sens mort. – Et moi, je me sens éternel.
Quelqu’un rentre et relit ces vers, Dante lui-même :
Il garde le premier et barre le deuxième.
La rature est la haute et fatale cloison.
L’un meurt, et l’autre vit. Tous deux avaient raison.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments