Le chêne du parc détruit (V)

Dans le parc froid et superbe,
Rien de vivant ne venait ;
On comptait les brins d’une herbe
Comme les mots d’un sonnet.

Plus de danse, plus de ronce ;
Comme tout diminuait !
Le Nôtre fit le quinconce
Et Lulli le menuet.

Les ifs, que l’équerre hébète,
Semblaient porter des rabats ;
La fleur faisait la courbette,
L’arbre mettait chapeau bas.

Pour saluer dans les plaines
Le Phébus sacré dans Reims,
On donnait aux pauvres chênes
Des formes d’alexandrins.

La forêt, tout écourtée,
Avait l’air d’un bois piteux
Qui pousse sous la dictée
De monsieur l’abbé Batteux.

Voter pour ce poème!

Victor Hugo Apprenti Poète

Par Victor Hugo

Victor Hugo est un poète, dramaturge, prosateur et dessinateur romantique français, né à Besançon le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont des étoiles dans notre nuit poétique. Allumez notre firmament.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les sept vieillards

Stella