L’enfant avril est le frère

L’enfant avril est le frère
De l’enfant amour ; tous deux
Travaillent en sens contraire
À notre coeur hasardeux.

L’enfant amour nous rend traîtres,
L’enfant avril nous rend fous.
Ce sont deux petits prêtres
Du supplice immense et doux.

La mousse des prés exhale
Avril, qui chante drinn drinn,
Et met une succursale
De Cythère à Gretna-Green.

Avril, dont la fraîche embûche
A nos vices pour claqueurs,
De ses petits doigts épluche
Nos scrupules dans nos coeurs.

Cependant, il est immense ;
Cet enfant est un géant ;
Il se mêle à la démence
Qu’a l’Éternel en le créant.

Lorsqu’il faut que tout rayonne,
Et que tout paie un tribut,
Avril se proportionne
À l’énormité du but.

Voter pour ce poème!

Victor Hugo Apprenti Poète

Par Victor Hugo

Victor Hugo est un poète, dramaturge, prosateur et dessinateur romantique français, né à Besançon le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Puisque le juste est dans l’abîme

Soleils couchants (III)