L’espace est noir

L’espace est noir, l’onde est sombre ;
Là-bas, sur le gouffre obscur,
Brillent le phare dans l’ombre
Et l’étoile dans l’azur.

La nuit pose, pour la voile
Qu’emportent les vents d’avril,
Dans l’espoir sans fin l’étoile,
Le fanal sur le péril.

Deux flambeaux ! doublé mystère,
Triste ou providentiel !
L’un avertit de la terre,
Et l’autre avertit du ciel.

Le 15 janvier 1855.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments