On dit : — Soyez prudents

On dit : — Soyez prudents. — Puis vient ce dithyrambe :
« — … Qui veut frapper Néron
Rampe, et ne se fait pas précéder d’un ïambe
Soufflant dans un clairon.

« Souviens-toi d’Ettenheim et des pièges célèbres ;
Attends le jour marqué.
Sois comme Chéréas qui vient dans les ténèbres,
Seul, muet et masqué.

« La prudence conduit au but qui sait la suivre.
Marche, d’ombre vêtu… » —
C’est bien ; je laisse à ceux qui veulent longtemps vivre
Cette lâche vertu.

Jersey, le 2 août 1853.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments