Toute la vie d’un coeur – 1826

Printemps. Mai le décrète, et c’est officiel.
L’amour, cet enfer bleu très ressemblant au ciel,
Emplit l’azur, les champs, les prés, les fleurs, les herbes ;
Dans les hautes forêts lascives et superbes
L’innocente nature épanouit son coeur
Simple, immense, insulté par le merle moqueur.
La volonté d’aimer règne, surnaturelle,
Partout. Comme on s’adore et comme on se querelle !
Les papillons, lâchés dans le bois ingénu,
Font avec le premier bouton de fleur venu
Des infidélités aux roses, leurs amantes ;
On entend murmurer les colères charmantes,
Et tous les grands courroux des belles s’apaiser
Dans le chuchotement auguste du baiser.
Ô but profond des cieux, la vie universelle !
Comme, afin que tout soit solide, tout chancelle !
Comme tout cède afin que tout dure ! ô rayons
L’idylle en souriant dit au gouffre : Essayons !
Et le gouffre obéit, et la mer sombre adore.
Le germe éclôt, le nid chante, l’azur se dore ;
L’éternelle indulgence au fond du firmament
Rêve ; et les doux fichus s’envolent vaguement.

Recueil : Toute la lyre

Voter pour ce poème!

Victor Hugo Apprenti Poète

Par Victor Hugo

Victor Hugo est un poète, dramaturge, prosateur et dessinateur romantique français, né à Besançon le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le reflet de l'âme. Laissez votre reflet briller ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tango

Ballade pour sa commère