Mot-macumba

le mot est père des saints

le mot est mère des saints

avec le mot couresse on peut traverser un fleuve

peuplé de caïmans

il m’arrive de dessiner un mot sur le sol

avec un mot frais on peut traverser le désert

d’une journée

il y a des mots bâton-de-nage pour écarter les squales

il y a des mots iguanes

il y a des mots subtils ce sont des mots phasmes

il y a des mots d’ombre avec des réveils en colère

d’étincelles

il y a des mots
Shango

il m’arrive de nager de ruse sur le dos d’un mot dauphin

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Pour tennessee williams

Daphné se vit en laurier convertie