Vampire liminaire

Il se fait une lumière atroce de l’Occident à l’Orient à contre-courant le hurlement des molosses du brouillard y répond de la
Ville selon la
Peur plénière agitant à foison de drapeaux dix milliers de langues gluantes et la parade visqueuse entre deux nuits

d’abord de toutes les bêtes somptueuses vomies des pourritures

mais sous la marche de ronce du venin

ils ont prévalu leurs yeux intacts au plus fragile

de l’image impardonnée

de la vision mémorable du monde à bâtir

de la fraternité qui ne saurait manquer de venir

quoique malhabile

reniflant au pied de l’arbre de vie

les rats noirs cardinaux du mensonge mêlés à

l’unicorne de la haine raciale

au bout du fil l’oreille de l’inquisiteur

alors l’eau des égouts fait un bond formidable

de tout le voyage tu des oiseaux espérés

Assez que les mots se transforment en cassave de poussière

la boue comme sur une venaison plaqua ses griffes sur les étoiles

Voter pour ce poème!

Aimé Césaire Apprenti Poète

Par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France, est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La plume est votre épée, le commentaire est votre bouclier. Défendez la beauté de la poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les mains d’Elsa

Les oiseaux déguisés