Entre autres massacres

De toutes leurs forces le soleil et la lune s’entrechoquent les étoiles tombent comme des témoins trop mûrs et comme une portée de souris grises

ne crains rien apprête tes grosses eaux qui si bien emportent la berge des miroirs

ils ont mis de la boue sur mes yeux

et vois je vois terriblement je vois

de toutes les montagnes de toutes les îles

il ne reste plus rien que les quelques mauvais chicots

de l’impénitente salive de la mer

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments