Wifredo lam…

rien de moins à signaler que le royaume est investi le ciel précaire la relève imminente et légitime

rien sinon que le cycle des genèses vient sans préavis d’exploser et la vie qui se donne sans filiation le barbare mot de passe

rien sinon le frai frissonnant des formes qui se libèrent

des liaisons faciles

et hors de combinaisons trop hâtives s’évadent

mains implorantes

mains d’orantes

le visage de l’horrible ne peut être mieux indiqué

que par ces mains offusquantes

liseur d’entrailles et de destin violets

récitant de macumbas

mon frère

que cherches-tu à travers ces forêts

de cornes de sabots d’ailes de chevaux

toutes choses aiguës

toutes choses bisaiguës

mais avatars d’un dieu animé au saccage

envol de monstres

j’ai reconnu aux combats de justice

le rare rire de tes armes enchantées

le vertige de ton sang

et la loi de ton nom.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Homme, tu peux faucher, par un sombre désastre…

Les oreilles d’Amaranthe