Les tabourets

Sous moi, sur moi…
Je suis servile.
De père en fils, on est objet
Chez nous.
Les statues de la ville,
Un jour si je les égorgeais ?

Pas de congé, ni de sortie !

Comme un caniche de salon,

J’inspire un peu de sympathie

Aux fous qui trouvent le temps long.

Le meuble est bête domestique,
Et mes amours sont d’acajou.
Armoire aimée, notre musique
Devient plus laide qu’une toux.

Je lutte pour l’indépendance

De mon prochain, qui est de bois.

Je me polis : ce soir je danse

Pour m’accomplir.
Sur moi, sous moi,..

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments