Domicile

0 Vues 0 Votes 0 Commentaire

Je me suis enfermé dans ma soupente :

je refuse de voir

les trottoirs, les platanes, l’azur.

Mes livres sont par terre,

sentant l’oignon et le poireau.

Le robinet me parle un vieux patois

de
Macédoine ou de
Galice.

La photo de
Van
Gogh,

il faut que je la brûle.

Sur mon poème je découvre

les taches de la moisissure.

Je ne veux plus nourrir le canari,

essuyer mes lunettes,

inventer des énigmes

à tout ce qui en moi coupe mes ailes.

J’attache à la plus pure des syllabes

deux ou trois casseroles.

Je dis au réfrigérateur :

«
Mentons un peu, pour l’exercice. »

Notez ce poème
Print Friendly, PDF & Email

Qu'en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

b

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d’origine russe.

Tristesse des bêtes

Passages