A quoi comment

A quoi comment vis-tu penses-tu, mais à qui?
Je vis ne pense pas, je dis je pense la mer et le ciel.

Ainsi les canards du Dimanche, et mon stylo

Ailé est comme le canard sauvage a ras de vague.

Je vis la vague vis le bleu, et la blondeur du sable blanc

Et la rougeur rose du cap de Nase comme le nez du cousin portugais

Tout gravelé de blockhaus désuets.

Foin des pirouettes des maubèches sophistiquées

Je hume la mer d’iode, et de sel de laitance

Au crépuscule, la nouba du soleil sous tente flamboyante

Et dans la nuit, la douceur du rire parmi les palmes.
Or à qui pas à quoi, je te pense te vis vivante.

Voter pour ce poème!

Léopold Sédar Senghor Apprenti Poète

Par Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme d'État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A partir du désert

Ores que je suis mort, je vai, je viens, je vire