Ne leur en veuillons pas

Ne leur en veuillons pas :
Nos pauvres amoureuses
Suivent à petits pas
Des routes plus heureuses.

Paris ne leur vaut rien :
On y fait des folies.
Elles nous aiment bien
Tant qu’elles sont jolies.

Que faire ? Les laisser
S’enfuir à tire-d’ailes,
Et puis ne pas cesser
De nous souvenir d’elles.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments